Échiquier Nancéien
Interviews
Gérard MARTIN-KELLIE

Gérard MARTIN-KELLIE



[blockbreak]


(interview réalisée en septembre 2011)

Gérard Martin-Kellie est Président de l'Echiquier Nancéien, et capitaine de l’équipe III qui vient de gagner son ticket d'accession à la N4 au cours de de la saison 2010/11.


DR :     Bonjour Gérard. On commence par la traditionnelle question de
présentation ?

GMK : Bonjour Daniel. Oui, c'est la règle du jeu. Je suis un récent retraité de l'Education Nationale, ce qui me permet de consacrer beaucoup plus de temps à ce jeu qui m'a toujours fasciné. Je suis né en Ecosse, à Glasgow, d'un père toulousain et d'une mère écossaise...

DR :

      
... né en Ecosse, comme Richard Duda, ton prédécesseur au poste de président ?

GMK : Oui, c’est une drôle de coïncidence. C’est d’ailleurs aussi le hasard, celui de la guerre, qui a fait que mes parents se sont rencontrés en Ecosse. Mon père était pilote dans la “Free French”, qui était l’aviation de la France libre stationnée en Angleterre et en Ecosse. Son groupe de bombardement s’appelait le groupe Lorraine.

DR :      Prémonitoire donc, puisque tu as “atterri” en Lorraine ?

GMK : Oui, j’ai fini par me stabiliser en Lorraine, après avoir suivi mes parents à Madagascar, au Canada anglais (l’Alberta), puis au Cameroun où mon père était le pilote du Président, avant de revenir en France. J’ai suivi mes études de lettres à Nancy, avant de devenir professeur d’anglais, puis inspecteur de l’Education Nationale à partir de 1993.

DR :    Une autre question traditionnelle : comment as-tu découvert les échecs ?

GMK : C’était dans un camping, à Aubenas, dans l’Ardèche, je devais avoir 12 ans. Un soir de violent orage, deux jeunes campeurs, sous un abri précaire, étaient absorbés dans une partie d’échecs. Je suis allé les observer, me disant que ce jeu devait être bien fascinant pour faire ainsi oublier l’orage, les éclairs, la pluie et le vent. Après la partie, je leur ai demandé s’ils pouvaient m’expliquer les règles du  jeu, ce qu’ils ont fait de bonne grâce. J’ai attrappé le virus à cette époque là, et il ne m’a plus lâché depuis, même si mes études, puis mes vies professionnelle et familiale ne m’ont pas permis de m’y adonner autant que je l’aurais souhaité.

DR :   Faut-il entendre par là que tu as fait quelques coupures dans ton activité échiquéenne ?

GMK : Oui, j'ai fait quelques longues coupures, mais je n'en suis pas moins un des joueurs les plus anciens de l'Echiquier Nancéien.

DR :     Ah bon ? Là il faut m'expliquer, car tu as adhéré au club il y a 4 ans seulement.

GMKEn fait, en 1967, tout nouvel étudiant à Nancy, on m’a expliqué qu’il existait un club d’échecs situé dans les locaux de la SNCF (les actuels locaux techniques), qui se réunissait deux fois par semaine dans un entrepôt transformé en local pour les échecs. J’y suis allé, et suis resté trois ans avant d’arrêter. Puis j’ai repris en 1975, le club s’étant installé dans les locaux de “Amitié et Rencontre” rue du Maréchal Oudinot, sous le nom d’  “Echiquier Nancéien”. Je me souviens notamment d’un gamin doué, qui s’appelait Christian Bauer. C’est également vers cette époque que j’ai rencontré, lors d’un tournoi de parties rapides à Laxou, un tout jeune prodige du nom de Denis Steininger, qui avait tout remporté et reçu les honneurs de la presse. J’ai fait une nouvelle coupure, longue cette fois, de 1981 à 2007. L’envie de me réinscrire dans un club me tenaillait déjà depuis un moment. J’avais gardé des relations d’amitié avec Richard Duda, qui a réussi à me convaincre de revenir m’inscrire au club, dont il était alors le président.

DR :     Et te voilà devenu en 2009 Président du club…

GMK : Oui, j’étais loin de me douter en adhérant en 2007, que je serai amené aussi rapidement à jouer le rôle passionnant, mais ô combien prenant, de Président de l’association. Mais que ceux qui liront cette interview n’aillent pas s’imaginer que j’ai voulu devenir calife à la place du calife. Richard souhaitait, pour des raisons personnelles passer la main, et j’ai été sollicité pour le remplacer.

DR :      Ta récente retraite est pour quelque chose dans ton acceptation ?

GMK : Bien sûr, cette nouvelle liberté me permet d’envisager en toute sérénité de consolider le travail de Richard Duda et de notre efficace trésorier Robert Moutaux, qui ont tous deux réussi à assainir la difficile situation que le club a connu il y a 5-6 ans, et qui avait entrainé son éclatement.

DR :    Justement, la tourmente des années 2005-2007 est loin derrière nous maintenant et tous les comptes sont soldés. Comment vois-tu l'avenir pour le club ?

GMK :  Je crois que l'Échiquier Nancéien peut voir l'avenir avec sérénité. En effet, l'effectif de l'association, malgré l’absence de Vivien pour 1 an, est stable et sera peut être même en légère augmentation d'après les prévisions d'inscriptions. Le budget, grâce aux subventions de la Ville et à la bonne gestion de Robert, est tout à fait correct. Par ailleurs, lors des compétitions inter-clubs, notre équipe de Nationale 3, menée par Stéphane, s'est montrée brillante, et la Régionale 1 ainsi que la Nationale 4, malgré quelques revers, n'ont pas démérité. Nous pouvons également être satisfaits que les compétitions internes efficacement organisées par mon honorable interviewer, à savoir le Championnat homologué Fide, le Prix de Blitz composé de 7 tournois sur la saison, et la Coupe, se déroulent toutes jusqu'au bout et avec très peu de défections, ce qui, j'ai pu le vérifier par moi-même, n'est pas toujours le cas dans d'autres clubs. Alors, pour les saisons à venir, si l'on ajoute que nous devrions continuer à bénéficier des cours mensuels dipensés par Vincent Moret et que nous prévoyons un appui ponctuel des forts joueurs auprès des joueurs plus moyens, les choses se présentent plutôt bien. Enfin, ce que je souhaite que nous préservions à tout prix, c'est cette amitié, cette bonne entente, ce fair-play et ce respect mutuel entre les membres de l'Échiquier. Pour ce faire, je suis convaincu qu'il faut, sans pour autant renoncer à quelques ambitions légitimes comme l'obtention d'un local à usage exclusif, que nous sachions rester un club de centre ville convivial, à taille humaine.

DR :     Cela aurait pu être le mot de la fin … Mais j’ai encore quelques questions si tu es d’accord.

GMK : Bien sûr. Ne sommes nous pas là pour ça ?

DR :    Comme tu es maintenant en retraite, tu as plus de temps pour te consacrer aux échecs. Comment l’utilises-tu pour améliorer ton jeu ? Es-tu plutôt livre, ou plutôt internet et logiciels ?

GMK : Je saisis toutes les occasions pour faire des parties amicales mais il est vrai que je ne profite pas assez de ce temps pour "travailler" les échecs, d'autant que la découverte récente du golf m'a quelque peu accaparé. Cela dit, après avoir lu la moitié de l'ouvrage de Euwe et Meiden " L'amateur devient maître" et courageusement entamé "Mûrir son style aux échecs" du M.I. Jeremy Silman, c'est finalement un petit livre que Stanislas Gounant m'a gentiment prêté qui m'a le plus intéressé. Il s'agit de "Les échecs simples" de Michael Stean. Il m'a ouvert des horizons sur l'importance des avant-postes, sur le fait que doubler ses Tours sur une colonne ouverte peut parfois s'avérer erroné, sur l'attaque de minorité, sur la notion d'espace, etc. Bref, je recommande cet ouvrage aux joueurs moyens comme moi, car il part de conseils pratiques pour aller vers la théorie et non l'inverse. J'en profite pour faire une suggestion pour les saisons à venir. Nos quelques forts joueurs, dont tu fais partie Daniel, ne pourraient-ils pas, comme Michael Stean, commenter leurs parties et dévoiler quelques astuces de début, de milieu ou de fin de partie ? Ou expliquer par exemple pourquoi tel coup, en apparence brillant, est en réalité erroné, comment les pions doublés peuvent être très forts, etc. Pour en revenir à la gestion de mon temps "échiquéen", j'avoue que j'aime beaucoup jouer sur playchess.com. On peut jouer contre des joueurs de tous pays, de tous niveaux, observer en direct des parties blitz de champions comme Nigel Short qui est un habitué de ce site, ou même jouer contre un joueur de l'espace (station Mir). Enfin, il est possible d’importer et d'analyser ses parties Playchess à l'aide du logiciel Fritz, par exemple. Comme tu le vois, je ne suis ni spécialement livre, ni même internet ou logiciel, mais un peu touche-à-tout.

DR :    Voilà une réponse très complète, et qui a même devancé une ou deux de mes questions restantes… T’es-tu fixé des objectifs pour la (ou les) saison(s) à venir ? Par exemple faire exploser ton elo, ou encore après avoir affronté grâce à la technologie moderne un joueur de l’espace (station Mir), lancer un défi à E.T. ?

GMK : Un petit bonhomme vert descendu d'un OVNI aurait peut-être une telle intelligence qu'il se tordrait de rire en regardant les parties d'échecs "simplistes" d'Anand ou de Topalov ! Tout est relatif... Comparé à moi, dans le domaine des échecs, toi et tous les plus de 1800 vous êtes des extraterrestres. Ce qui ne veut pas dire que je vais baisser les bras, d'autant que plus ça va, plus ce jeu me passionne. Et quand je rejoue des parties de haut niveau tirées de la revue numérique "Échec et Mat" par exemple, je reste admiratif devant les ressources incroyables de forts joueurs qui parviennent à s'extirper de positions apparemment "foutues", comme dirait Denis Steininger. Pour en revenir à ta question, si j'atteins un jour les 1700, je ne serais pas mécontent. Tant qu'il y a de la vie...

DR :    Je te fais confiance pour arriver rapidement à ce niveau, qui pourra être un palier pour voir plus loin. Il faudra juste veiller à ce que le golf ne vienne pas trop concurrencer les échecs…

GMK : Il n'y a rien d'étonnant à ce que je m'enthousiasme pour le golf, jeu écossais par excellence... Mais, tout comme le whisky, on ne l'avale pas d'une traite. On le déguste. Ça me laisse du temps pour notre autre boisson ("on the roque"!) préférée.

DR :    Humour écossais par excellence… Et le Président de l’Echiquier Nancéien s’est-il lui aussi fixé des objectifs pour la saison à venir ?

GMK : Face à Vandoeuvre solide et redoutable, à Stanislas, dynamique et entreprenante pépinière de champions, nous avons à conforter notre place de club d'adultes motivés et ambitieux, combatifs dans le jeu, fidèles et solidaires dans le cadre de notre association. Pour ce faire, il faudra insister davantage sur notre privilège géographique de club de centre ville, mobiliser la presse lorsque nous accueillons la Loubatière ou la Coupe 2000. Il serait bon aussi que l'activité échiquéenne du samedi après-midi soit mieux connue. Cet horaire convient manifestement  mieux aux jeunes scolaires. J'en veux pour preuve l'arrivée prévue chez nous cette saison d'un jeune de Seichamps à qui les horaires du club seichanais ne convenaient pas. En tant que Président, ma participation active aux réunions préparatoires et aux actions de la ville, à celles de l'Office Municipal des Sports, etc. n'est pas inutile, et  je note que les responsables, les élus, la directrice de Radio Fajet, les autres présidents d'associations du quartier Charles III, connaissent de mieux en mieux l'Échiquier Nancéien. Quant à nos joueurs et à leurs performances en Nationale 3, Nationale 4 et Régionale 1, on peut leur faire confiance pour s'efforcer de faire de leur mieux cette saison. Cela dit, si les parties de blitz amicales sont nécessaires pour le plaisir et la détente, il serait bon de consacrer davantage de temps à des analyses collectives ou individuelles. Sur le plan matériel, nous sommes bien équipés, mais l'usure commence à se faire sentir du côté des pendules à usage quotidien et des tapis de jeux dont l'état est déplorable. Il en va de notre image. Je n'engage que moi-même dans ce que je vais ajouter, mais il me semble que les "beaux échiquiers" et les belles pendules sont sous-utilisés et ne devraient pas être considérés comme l'argenterie et la vaisselle en porcelaine que l'on ne sort que pour les grandes occasions.

DR :       Aurais-tu une dernière observation à faire, ou verrais-tu un point qui te tient à cœur dont nous n’aurions pas parlé ?

GMK : Non Daniel; je voudrais seulement te remercier pour ces interviews sur notre site qui donnent tour à tour l'occasion à chacun d'entre nous de s'exprimer et de sortir un peu de l'anonymat échiquéen.

DR :       C’est à chaque fois un plaisir de faire ces interviews, même si on a un peu tardé pour celle-ci. Merci Gérard pour toutes ces réponses.
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 


Perdu le mot de passe ?

Mini calendrier
Septembre 2019
Add event Proposer
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Mairie de Nancy


Radio Fajet

Contre la discrimination

Échiquier Nanceien : 8 rue Jeannot 54000 Nancy